5 Janvier, 2009

Pourquoi et comment se déplace-t-on en Val-de-Marne ?

En 2001, la Direction Régionale de l’Equipement d’Ile-de-France (DREIF) a mené une enquête sur l’ensemble de la Région afin de pouvoir déterminer quelles étaient les caractéristiques des déplacements effectués chaque jour par les Franciliens.

De manière globale, plus de 35 millions de déplacements étaient réalisés chaque jour en Ile-de-France, dont plus d’un tiers (10,5 millions) étaient liés à Paris et un peu plus de 10 % au Val-de-Marne.

Afin d’aboutir à une connaissance plus locale de ces déplacements, le Conseil général du Val-de-Marne a réalisé une extraction des résultats de cette enquête sur le territoire départemental.


LES DEPLACEMENTS QUOTIDIENS EN VAL-DE-MARNE

En 2001, le Val-de-Marne était responsable de 4,3 millions de déplacements par jour, dont 3,75 millions (87 %) étaient réalisés par des Val-de-Marnais.

Pendant une journée moyenne, un Val-de-Marnais réalise 3,38 déplacements/jour ce qui est légèrement inférieur à la moyenne d’un Francilien (3,5 déplacements/jour).
Il effectue en moyenne 14,3 km en 80,6 minutes (respectivement 16,6 km et 83 min pour un Francilien) et la vitesse moyenne de ses déplacements est de 10,7 km/h (12 km/h pour un Francilien).

Les modes de transport utilisés par les Val-de-Marnais dans leurs déplacements sont prioritairement la voiture particulière (44,7 %) puis la marche à pied (32,4 %) et les transports en commun (20,9 %).
Par rapport aux autres départements de Petite Couronne, le Val-de-Marne se caractérise par une utilisation importante de la voiture particulière, au détriment de la marche à pied.

En ce qui concerne les autres modes de transport, le Val-de-Marne se comporte de manière analogue aux autres départements de Petite Couronne :
- L’utilisation des transports en commun est proche de 20 %,
- La part modale des deux roues reste faible.


ORIGINES ET DESTINATIONS DES DEPLACEMENTS LIES AU VAL-DE-MARNE

Le Val-de-Marne disposant de plus d’actifs que d’emplois disponibles, de nombreux actifs Val-de-Marnais travaillent en dehors du département.
De plus, sur l’ensemble des emplois présents dans le Val-de-Marne, 60 % sont occupés par des actifs Val-de-Marnais et 40 % par des actifs résidant dans un autre département.

Il y a donc tous les jours de nombreux déplacements liés au travail, qui se croisent sur les différents réseaux de transport en entrée et en sortie du département.

Ainsi, sur les 4,3 millions de déplacements liés au Val-de-Marne, seuls 60 % restent internes au département (2,6 millions) et 40 % résultent d’échanges avec les autres départements Franciliens (965 000 déplacements en sortie du département et 750 000 en entrée).

 

Parmi les déplacements d’échange avec les autres départements, le Val-de-Marne dispose d’une relation « privilégiée » avec Paris, les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis.
En effet, 86 % des flux à l’origine du Val-de-Marne et 58 % des flux à destination du Val-de-Marne sont liés à ces trois départements.

 

L’Essonne et la Seine-et-Marne, bien qu’étant eux aussi limitrophes du Val-de-Marne, sont des territoires qui émettent plus de flux vers le Val-de-Marne qu’ils n'en reçoivent.


REPARTITION MODALE DES DEPLACEMENTS LIES AU VAL-DE-MARNE

Selon le type d’échange considéré, les modes de transport utilisés ne sont pas les mêmes.

La voiture particulière est utilisée principalement pour les déplacements reliant le Val-de-Marne aux départements de Petite et Grande Couronne, alors que les transports en commun sont particulièrement empruntés pour les échanges entre le Val-de-Marne et Paris.

Pour les déplacements internes, les Transports en commun sont peu utilisés en Val-de-Marne avec seulement 10 % de tous les déplacements.

 

Contact

Observatoire des déplacements
Immeuble "Le Corbusier"
1, rue Le Corbusier
94054 Créteil
Contact : Formulaire de contact
Plan et itinéraire