27 Septembre, 2013

Le Téléval, un téléphérique pour le Val-de-Marne

Présentation vidéo du projet


Le Téléval, projet de téléphérique urbain, reliera Villeneuve-Saint-Georges, Valenton, Limeil-Brévannes et Créteil.

Les communes de Villeneuve-Saint-Georges, Valenton et Limeil-Brévannes connaissent un développement exceptionnel. Aujourd’hui, elles pâtissent d’une saturation routière qui affecte le réseau de bus et engendre d’importantes nuisances environnementales. Devant ce constat, le Conseil général du Val-de-Marne et le Syndicat des Transports d’Ile-de-France ont réalisées - depuis 2008 -  plusieurs études afin de déterminer une solution de transport pertinente et efficace. Après plusieurs analyses comparatives, la solution de téléphérique urbain s’est imposée. Le Téléval était né !   

Des gains de temps au rendez-vous ! 

Ce projet de téléphérique est une première en Île-de-France. La ligne sera longue de 4.4 kilomètres et desservira 5 stations. Une station sera en correspondance directe avec la ligne 8 du métro parisien ainsi qu’avec le bus 393, à Créteil - Pointe du Lac.  Les quartiers de Saint-Martin à Limeil-Brévannes ou encore celui du Bois Matar à Villeneuve-Saint-Georges verront leur desserte considérablement améliorée. Grâce à une vitesse commerciale de 20 km/h, le Téléval réduira considérablement les temps de parcours entre ces communes. A titre d’exemple, moins de 15 minutes seront nécessaires pour aller directement du plateau villeneuvois à la station de métro Créteil – Pointe du Lac. Aujourd’hui, pour un tel trajet, il faut 40 minutes en bus et une correspondance.
À ce jour, c’est l’un des modes de transport les plus surs et les moins polluants. Le Téléval fonctionnera exclusivement à l’énergie électrique. Un atout considérable sur ce territoire déjà marqué par les grandes infrastructures de transports aux nuisances environnementales conséquentes. Il sera Intégralement accessible aux personnes à mobilité réduite. Bien sûr, comme tout projet de transport, la qualité de son intégration dans l’environnement urbain sera un élément crucial dans la réussite du projet.  

Un temps d'échanges avec la population

Le Téléval a été présenté aux habitants de Créteil, Limeil-Brévannes, Valenton et Villeneuve-Saint-Georges, lors d’un temps d’échanges qui s’est tenu en septembre et octobre 2013. Ce moment citoyen a confirmé l’attente de la population, des élus et des acteurs socio-économiques de l’arrivée d’une liaison efficace et fiable comme le Téléval. Les participants ont tous partagé le constat que l’amélioration des transports, dont les liaisons vers Créteil, Paris et le reste du Val-de-Marne, nécessitait des investissements importants. C’est avec bienveillance et engouement que les participants se sont appropriés le téléphérique urbain grâce à la qualité de service proposée, notamment en terme de gain de temps. De plus, le Téléval a bien été perçu comme étant économique et respectueux de l’environnement. Ces rencontres ont été riches d’enseignements. Ainsi, les  multiples interventions ont, par exemple, confirmé la nécessité de créer la station Emile-Zola à Limeil-Brévannes. Les avis exprimés confortent le Conseil général dans l’attention particulière portée, tout au long de la vie du projet, sur son insertion urbaine, l’aménagement des stations et de leurs parvis, la présence humaine en station, la complémentarité avec le réseau de bus, etc.

L'actualité du projet

Fin 2013, la Région Ile-de-France, le STIF et le Département du Val-de-Marne se sont accordés sur le financement des études préalables pour la réalisation du premier téléphérique urbain d’Ile-de-France : près de 3 millions d’euros sont à présent financés ! Les premières études conduites par le STIF permettront la constitution d’un Dossier d’Objectifs et de Caractéristiques Principales (DOCP) qui sera présenté au public lors de la concertation préalable prévue fin 2014. Cette nouvelle étape permettra de restituer l’avancée des études et des options choisies. Sur la base des avis recueillis et des études complémentaires, le projet sera ensuite soumis à enquête publique en 2016. La mise en service est attendue pour 2018.